Recherche et développement

Recherches sur divers sujets liés au multiculturalisme et à l’intégration des immigrants dans la communauté d’accueil. 

Mentorat et Leadership

Ateliers de formations diverses : recherches d’emplois à l’intention des immigrants en partenariat avec les organismes spécialisés; engagement personnel et professionnel, exercice du leadership, gouvernance

Initiatives diverses

Organisation des activités sportives et culturelles regroupant les aînés et les jeunes de diverses communautés 


Quoi: Un symposium de FOCUDIA à l'occasion du mois de l'histoire des Noirs

 

Thème: Les minorités visibles et l'immobilier au Canada.

 

Comment les minorités peuvent tirer profit d'un pan essentiel de l'économie canadienne? Des ficelles du métier d'agent immobilier à l'augmentation à moindre frais de la valeur de sa maison en passant par la possibilité de devenir propriétaire de plusieurs maisons, des experts et spécialistes dans le domaine expliquent aux minorités comment optimiser son rapport à l'immobilier. Ces experts sont des hommes et femmes d'affaires qui ont réussi dans ce domaine et qui acceptent de partager gracieusement leurs savoirs et expériences avec nous.

 

 

: Centre communautaire Richelieu-Vanier Community Centre

Centre communautaire Rockcliffe Park Community Centre

300 Des Pères-Blancs, Ottawa ON K1L 7L5

 

Quand ? Le 27 février 2016 de 15h00 à 17h00.

 

Argumentaire :

 

Un rapport du conseil de planification sociale de la ville d’Ottawa, 34% des minorités visibles noires vivent dans les quartiers dits pauvres et à risque. Cette situation entraine les dites population dans une spirale vicieuse qui nuit gravement à leur épanouissement. De nombreuses barrières expliquent cet état des faits. Il y a d’abord selon ce rapport une discrimination insidieuse dans la location des maisons ainsi que l’absence d’historique qui force les immigrants à choisir les quartiers mal famés de la ville. Un rapport d’Infrastructures Canada reconnaît d’ailleurs que les pratiques d’exclusion dans le logement ont un impact négatif dans le développement harmonieux des populations.

Moins de 30% des personnes de minorités visibles noires sont propriétaires de maisons dans la région d’Ottawa-Gatineau. Les barrières à l’accès à la propriété sont nombreuses pour ces gens.

La présence des minorités visibles noires chez les agents immobiliers dans la région est quasi-nulle. Les quelques téméraires qui se sont impliqués dans le domaine ne sont pas restés longtemps. FOCUDIA se propose à travers ce symposium d’aider à relever ce défi.

 

- Entrée gratuite

- Stationnement gratuit

- Halte de garderie à la disposition de ceux qui ont des enfants en bas âge!


Veuillez confirmer votre présence.


------------------------------------------------------------------

Symposium à ne pas manquer

Le Forum des Cultures en dialogue (FOCUDIA) a le plaisir de vous inviter à un symposium qu’il organise sur “ les enjeux et perspectives de l’entrepreneuriat des minorités visibles dans la région de la Capitale nationale” le 21 février 2015 à la maison de la culture du Citoyen à Gatineau à partir de 15 h30. Les conférenciers  parleront des opportunités  d’affaires qui facilitent l’entreprenariat et soutiennent la croissance des PMEs.

En partenariat avec la ville de Gatineau, nous avons choisi le mois de l’histoire des noirs pour réfléchir sur la thématique de l’entreprenariat des minorités visibles dans la région de la capitale nationale. Un rapport de la Conférence Board du Canada prévoit que d’ici 2016, les minorités visibles constitueront environ 20% de la population canadienne et 18% de la population active. Il se trouve néanmoins que de nombreuses pesanteurs institutionnelles et structurelles freinent leur capacité à créer des PME et à intégrer le monde l’entreprenariat. Lorsqu’ils parviennent à se lancer dans l’entreprenariat, ils semblent faire face à un plafond de verre puisque selon un rapport d’Industrie Canada, 77 % des entreprises appartenant à des minorités visibles sont des micro-entreprises qui comptent moins de cinq employés.

Grâce à leur expertise, nos conférenciers se feront le plaisir de discuter avec un parterre de personnes issues majoritairement des minorités visibles contemplant l’idée de se lancer en entreprise, mais dont l’enthousiasme est encore diminué par le doute et de nombreux mythes.

Nous vous attendons en grand nombre.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Forum de rencontre pour la citoyenneté et l'entente

 Le symposium organisé au cours du mois de l'histoire des Noirs en février 2012 était un franc succès. Les orateurs ont dépassé de loin nos attentes. Ils ont démontré qu'il existe des possibilités réelles de réussite pour les membres des minorités visibles au Canada.




 

 

Guide  pratique sur la violence envers les jeunes filles des communautés ethnoculturelles

Secours-Ordre-Solidarité (SOS)

 

 

Le présent guide fait suite à une série de séminaires et atelier animés tout au long de l’année 2011 à travers le projet Secours-Ordre-Solidarité (SOS). Pendant trois séminaires des jeunes filles, des intervenants sociaux, des médiateurs communautaires se sont réunis en vue de définir ensemble les différentes formes de violence envers les jeunes filles issues des minorités ethnoculturelles dans la région de la capitale fédérale.

Les questions de violence sont assez délicates en général mais elles sont encore plus complexes lorsqu’elles prennent place au sein d’une communauté ethnoculturelle. La peur d’en parler est couplée à la honte qui consiste à croire que dévoiler la maltraitance est en fait trahir sa communauté. Aborder ce sujet de manière efficace appelle à la maitrise des techniques qui puisse éviter que cet exercice soit contreproductif.

 

Forum d’organisation et de renforcement des capacités et des énergies (FORCE)

 

Description du projet

 

Le projet dénommé Forum d’organisation et de renforcement des capacités et des énergies (FORCE) qui a été réalisé du 05 juin 2010 au 15 décembre 2010 avait pour but d'identifier les formes de violence faite aux aînés dans les communautés ethnoculturelles de la région d’Ottawa-Gatineau et de proposer des pistes de solutions face à ce fléau en pleine croissance. S'inspirant  du rapport sur la violence entre les communautés de Santé Canada de 2002, la violence familiale a été traitée au cours de ce projet comme étant un abus de pouvoir et une violation de confiance. Il a été découvert que les agresseurs emploient différents moyens pour exercer un pouvoir et contrôler leurs victimes. Dans certains cas, la violence survient une seule fois, dans d'autres elle est répétée et graduelle pendant des mois ou des années. Par ailleurs, elle prend diverses formes, lesquelles varient au fil du temps. 

            Pour mieux comprendre le projet FORCE, il convient de revenir sur le contexte qui a donné vie à ce projet. De plus en plus des membres des communautés ethniques de la région ont fait appel à leurs parents, souvent pour prendre soin des petits enfants. Une fois ceux-ci devenus grands, ces aînés sont mal perçus et plus vus comme occupant la place, restreignant l’espace et pour des jeunes, ils ne sont plus en odeur de sainteté. L’autre volet contextuel est que malgré les études, de nombreux préjugés continuent à nuire à la cohabitation harmonieuse entre les générations dans ces communautés comme dans d’autres au Canada (Lagacé, 2008). Alors qu’il n’y a pas très longtemps, les aînés des communautés ethnoculturelles étaient traités avec respect, nous avons constaté que des situations regrettables sont de plus en plus à déplorer. Ce projet a permis de réduire substantiellement les violences faites aux ainées dans ces communautés tout en renforçant le dialogue actif et positif entre les générations.

 

L’aspect novateur du projet

 

Notre projet a mis en exergue un phénomène largement ignoré et a permis de couvrir des proportions inimaginables jusqu'ici. Pour parvenir à ce résultat, nous avons mis un accent particulier sur la recherche. Une ethnographie exploratoire nous a permis de cerner l’ampleur du problème dans la Région de la capitale nationale.

Le second aspect particulièrement innovant est la mise en place d’activités communes et d’actions intergénérationnelles. Le fait de réunir des équipes constituées de jeunes et d’aînés pour accomplir une activité durant une journée a permis aux uns et aux autres de mieux se connaître et donc de mieux se comprendre ( McDonald L. et A. Collins ,2000).

 

Respect des principes de la diversité et de l’égalité des sexes

 

Nous avons tenu compte de la diversité démographique des communautés ethnoculturelles de la région d’Ottawa-Gatineau. Les participants ont été recrutés parmi les membres des associations des ces communautés dans la région avec 40% en provenance d’Ottawa et 60% de Gatineau. Au niveau du genre, les participants étaient 60% des femmes et 40% des hommes. Le caractère fragile des femmes justifie cette proportion. Très souvent les ainées sont victimes de violences mais ont du mal à mettre les mots sur cette souffrance à cause des habitudes intériorisées et des préjugés selon lesquels les femmes qui se plaignent ne sont pas les bons parents, etc…

 

Activités liées au projet

 

Le projet a été réalisé en deux étapes: la recherche et les ateliers.

 

La recherche

 

Nos chercheurs à travers un double mécanisme d’observation et d’entretien semi-dirigés ont focalisé leur attention sur ces communautés en explorant un aspect particulier: le rapport aux aînés.

 

Les ateliers

 

i. Atelier exploratoire :

Nous avons organisé une journée de réflexion le 18 septembre 2010 sur le phénomène de violence faite aux aînés. Dans la matinée, il y a eu un exposé sur le thème de la violence faite aux aînés. Cet exposé était axé sur les mécanismes qui conduisent à cette violence et sur la nature réelle de celle-ci. Ensuite, il y a eu une série d’ateliers sur les thématiques sectorielles  sur la base du modèle : problème-cause-manifestations-solutions possibles. Il était surtout question de permettre aux participants de vocaliser leur mal. L’atelier leur a permis de dire tout haut ce qu’ils vivaient à l’intérieur des maisons.

 

ii Atelier action :

Cet atelier était constitué des groupes de travail composés de jeunes et des aînés en vue d’accomplir une activité commune. Nous avons découvert que le fait de faire partie d’une même équipe a permis aux jeunes et aux aînés de mieux se connaître ainsi que de dissiper des préjugés. Ces ateliers se sont déroulés selon une thématique ludique. 

 

iii. Atelier solutions et projet :

Cet atelier a permis d'explorer les solutions au phénomène de la violence faite aux aînés à travers les actions concrètes.

 

 

 

Forum des cultures en dialogue

Tous droits réservés © FOCUDIA 2011